L’assurance trottinette électrique pour circuler en toute tranquillité avec son engin

La trottinette électrique est devenue un engin de circulation très prise en milieu urbain. Pour cause, son prix est plus accessible et l’âge légal autorisé pour sa conduite n’est pas identique à celui des autres types de véhicules. Malgré tout, pour circuler en toute tranquillité, il est important d’avoir une bonne couverture.

Les règles relatives à l’assurance trottinette électrique

Les trottinettes électriques entrent dans la catégorie des NVEI, il est donc obligatoire pour leurs conducteurs d’avoir une assurance responsabilité civile. Les forces de l’ordre sont très rigoureuses dans la confirmation des attestations d’assurance, il est donc important de garder vos papiers à jour. Les gendarmes qui demandent les documents ne cherchent pas seulement l’existence de l’assurance, mais aussi à s’assurer qu’elle est valide.

  • Dans le cas où vous négligeriez d’obtenir une assurance avant d’utiliser votre trottinette, vous pourriez être condamné à une amende de plus de 3 500 euros.
  • Les autorités vous donneront quelques jours pour régler le problème, mais si vous ne vous présentez pas avant la date limite, la sanction sera triplée.

La législation ne rend pas obligatoire le port du casque, sauf pour ceux qui ont moins de douze ans. Avant de signer un contrat, les assureurs que tous les feux et les avertisseurs sonores de la trottinette sont en bon état de marche. Si ce n’est pas le cas, ils n’acceptent pas de couvrir le scooter. Le code des assurances est explicite quant à la voie que doivent emprunter les conducteurs de trottinettes électriques, à savoir la voie publique. Si une mésaventure a lieu en dehors de la zone prescrite, les assureurs ne seront pas responsables des dommages causés.

A lire également  Quoi savoir sur le déroulement d’un procès de la cour d’assises ?

Une assurance ne présentant pas les mêmes règles que les autres véhicules terrestres

Il n’est pas nécessaire d’avoir un permis de conduire pour conduire ce véhicule. Aucun point de permis n’est alors retiré en cas d’infraction. Cela s’applique uniquement à la conduite d’une voiture nécessitant un permis. Cependant, toute commission d’infraction sera sanctionnée par une amende. Il peut s’agir d’un excès de vitesse, d’un défaut d’assurance ou d’un défaut d’équipement. A contrario, un jeune de 14 ans peut conduire une trottinette et obtenir une assurance avec l’aide de son tuteur. Si une infraction est commise alors qu’il est aux commandes, sa responsabilité civile n’est pas engagée. Cette règle s’applique également aux adultes.

Il n’est pas permis de conduire une trottinette électrique sur le trottoir. Si vous blessez quelqu’un sur le trottoir, il est possible que votre assureur refuse de vous couvrir. Néanmoins, si les autorités locales autorisent la conduite sur le trottoir, cela n’aura pas d’impact négatif sur votre garantie.

Bien choisir son assurance pour favoriser ses garanties

Il est important de noter que l’obtention d’une assurance responsabilité civile est une étape essentielle pour les propriétaires de trottinettes électriques. Ce type de couverture est exigé par la loi. Sans carrosserie pour protéger les conducteurs d’un accident potentiel, il n’y a pas d’autre moyen d’être pleinement couvert. L’assurance responsabilité civile est la norme pour les conducteurs de trottinettes électriques, mais il est sage de souscrire également une assurance tous risques pour les dommages matériels et corporels et le vol.

Les assureurs sont très exigeants sur les composants de la trottinette électrique. Cela inclut des éléments tels que le frein, le klaxon et les feux. Si un défaut est découvert, la compagnie d’assurance peut refuser de payer un sinistre. De nombreux assureurs rendent obligatoire le port d’un casque pour les leurs clients lorsqu’ils circulent sur la route. Cela permet de protéger la tête en cas de choc. D’autres imposent le port de vêtements munis de bandes réfléchissantes.

A lire également  Les raisons de s'adresser à un avocat en droit rural