Contrat AESH : les obligations de l’employeur en matière de formation continue

Le métier d’accompagnant d’élèves en situation de handicap (AESH) est essentiel pour garantir une éducation inclusive et adaptée à tous. Mais quelles sont les obligations des employeurs en termes de formation continue pour ces professionnels ? Cet article décrypte pour vous les dispositions légales et les enjeux liés à cette question.

Le cadre légal de la formation continue des AESH

Les AESH sont des professionnels accompagnant les élèves en situation de handicap dans leurs apprentissages scolaires. Ils sont employés par l’Éducation nationale, et leur formation initiale est définie par le décret n° 2018-666 du 27 juillet 2018. Ce texte prévoit notamment une formation initiale obligatoire, d’une durée minimale de 60 heures, ainsi qu’un stage pratique encadré. Mais qu’en est-il de la formation continue ?

Les obligations en matière de formation continue des AESH sont encadrées par le décret n° 2007-1470 du 15 octobre 2007, relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie des fonctionnaires. Ce texte précise que l’employeur doit assurer l’accès à la formation professionnelle pour tous les agents, quelle que soit leur catégorie, et ce tout au long de leur carrière. Cette obligation concerne également les AESH, qui bénéficient donc d’un droit à la formation continue.

Les objectifs et modalités de la formation continue des AESH

La formation continue des AESH vise plusieurs objectifs :

  • Perfectionnement des compétences professionnelles : Les AESH doivent être en mesure d’adapter leur accompagnement aux besoins spécifiques des élèves qu’ils suivent. La formation continue leur permet ainsi d’acquérir de nouvelles connaissances et compétences, en lien avec les évolutions du métier et les avancées dans le domaine du handicap.
  • Évolution professionnelle : La formation continue peut également permettre aux AESH d’accéder à des fonctions supérieures, ou de se reconvertir dans un autre métier au sein de l’Éducation nationale.
  • Maintien dans l’emploi : Enfin, la formation continue est un moyen pour l’employeur de s’assurer que les AESH disposent des compétences nécessaires pour exercer leurs missions, et donc de garantir leur maintien dans l’emploi.
A lire également  Extrait de casier judiciaire : un document essentiel à comprendre et à maîtriser

Les modalités de la formation continue varient selon les besoins identifiés et les objectifs visés. Elle peut prendre la forme de stages, de formations en alternance, ou encore de formations à distance (e-learning). L’accès à ces formations est généralement facilité par la mise en place d’un plan de formation annuel, qui recense l’ensemble des actions prévues pour les personnels concernés.

Le rôle crucial des employeurs et des instances représentatives du personnel

Pour garantir une formation continue adaptée aux besoins des AESH, il est essentiel que les employeurs prennent en compte leurs spécificités et leurs attentes. Cela passe notamment par une bonne concertation avec les instances représentatives du personnel, qui ont un rôle important à jouer dans l’élaboration des plans de formation.

Les commissions paritaires locales (CPL) et les commissions administratives paritaires (CAP) sont des instances de dialogue social au sein desquelles sont discutées les questions relatives à la formation continue. Elles sont composées de représentants de l’administration et de représentants du personnel, et permettent d’évoquer les besoins en matière de formation, ainsi que les modalités de mise en œuvre des actions prévues.

Il est donc crucial que ces instances soient informées des besoins spécifiques des AESH, afin d’orienter au mieux la politique de formation continue de l’établissement ou du service concerné. Les employeurs ont également la responsabilité d’informer les AESH sur leurs droits en matière de formation professionnelle, et de faciliter leur accès aux dispositifs existants.

Conclusion

La formation continue est un droit pour les AESH, qui leur permet d’améliorer leurs compétences professionnelles, d’évoluer dans leur carrière ou encore de garantir leur maintien dans l’emploi. Les employeurs ont donc des obligations en matière de formation continue, notamment en ce qui concerne l’élaboration des plans de formation et le dialogue social avec les instances représentatives du personnel. Il est essentiel que ces dispositions soient respectées et adaptées aux besoins spécifiques des accompagnants, afin de garantir une éducation inclusive et adaptée à tous les élèves en situation de handicap.

A lire également  Suspension administrative du permis de conduire : tout ce que vous devez savoir

En résumé, la formation continue des AESH est encadrée par le décret n° 2007-1470 du 15 octobre 2007, qui impose aux employeurs de garantir l’accès à la formation professionnelle pour tous les agents. Les objectifs de cette formation sont variés (perfectionnement des compétences, évolution professionnelle, maintien dans l’emploi), et sa mise en œuvre doit être adaptée aux besoins spécifiques des accompagnants. Le dialogue social avec les instances représentatives du personnel est un élément clé pour assurer une politique de formation continue efficace et pertinente.